top of page
Rechercher

En attendant le printemps: l'avoine, première partie




Bientôt deux ans, deux ans que l’on danse avec les différents variants du coronavirus.

Déjà qu’en temps normal, au plus tard au mois de mars, beaucoup d’entre nous puisent dans nos dernières ressources en attendant avec impatience la douceur du printemps. C’est dans ces circonstances que je vous partage des plantes nutritives et toniques. En ce moment, c’est particulièrement l’avoine qui m’intéresse.

« L’avoine, c’est ce qu’on donnait à notre cheval quand j’étais petite ». C’est ce que me disait en souriant ma mamie lorsque je me préparais un bol de gruau chez elle. Si ce déjeuner chaud me permet d’obtenir la force d’un cheval de trait, tant mieux, me disais-je. Je ne connaissais pas encore toutes les propriétés attribuées à ce grain par l’herboristerie traditionnelle.

Les herboristes s’intéressent à l’avoine, Avena sativa, à différents stades de sa croissance et sous toutes ses formes : le grain entier dans l’alimentation et en externe, la sommité fleurie (autant la paille que le grain au stade laiteux).

Dans cette première partie de cette série, j’aimerais surtout vous parler du grain.



Le grain d’avoine qui nourrit et apaise


On lui attribue notamment des propriétés nutritives et émollientes[1]; beaucoup d’usages traditionnels découlent de ces propriétés. Pensez à l’avoine si vous avez besoin d’être nourri et apaisé. C’est tout ce que vous devez savoir de la plante si vous voulez arrêter votre lecture ici.


Le grain d’avoine est très nourrissant. Si vous voulez connaître ses valeurs nutritionnelles en détail, il y a de meilleures sources que moi. Ce qui intéresse les herboristes, c’est non seulement sa composition, mais aussi le fait que, cuit longtemps, c’est un aliment facile à digérer qui apaise le système digestif (à moins d’avoir une allergie ou une intolérance bien sûr).

Traditionnellement, le gruau était préparé pour des personnes en convalescence, en cas de troubles digestifs et même de toux. Le liquide visqueux que le grain exsude à la cuisson apaise les tissus avec lesquels il entre en contact. Les fibres nourrissent également notre microbiote. Les bénéfices qui découlent d’un microbiote en bonne santé sont infinis ; tous les jours, des études nous donnent des nouvelles raisons à chouchouter nos microbes amis.

L’aspect apaisant de l’avoine est non seulement intéressant en usage interne. Appliquée sur la peau, l’avoine a une très longue tradition pour soulager les inconforts cutanés, prurit, eczéma et autres manifestations inflammatoires de la peau. On dit que l’avoine est antiprurigineuse - action attribuée aux plantes qui préviennent, diminuent ou arrêtent une démangeaison. Une marque de cosmétiques en a fait son emblème. Vous n’avez cependant pas besoin d’acheter les sachets en pharmacie pour bénéficier des effets antiprurigineux et hydratant de l’avoine.

Je vous invite à essayer cette recette de bain d’avoine pour une expérience peu coûteuse, mais luxurieuse et profondément hydratante. Pas besoin d’attendre d’avoir des problématiques de peau ; la sécheresse de l’hiver est dure pour la peau et les muqueuses chez la plupart d’entre nous et l’avoine saura les apaiser.

Boire une infusion concentrée est une autre façon de profiter de la nutrition et de l’apaisement que l’avoine peut nous offrir. J’en parlerai dans la deuxième partie de cette série d’articles.


Prenez soin de vous, mangez votre gruau et baignez-vous dedans! Florence, votre herboriste



En dehors de possibles intolérances, aucune interaction ou contre-indication pour l’avoine n’est connue actuellement. Toutefois, consultez votre pharmacien et professionnel de la santé si vous vivez des problèmes de santé et prenez des médicaments.

Comme dans tout mon contenu, je ne vous propose pas de diagnostics ou de conseils médicaux. Pour toute problématique de santé physique ou mentale, veuillez consulter vos professionnels de la santé. De plus, n’ arrêtez pas votre médication sans accompagnement d’un professionnel de la santé.

[1] Des plantes émollientes contiennent une quantité intéressante de mucilages. En contact avec l’eau, les mucilages gonflent et prennent une consistance visqueuse. C’est ainsi que des plantes émollientes ont la capacité d’humidifier les muqueuses et la peau. Les tissus seront alors apaisés, adoucis et protégés.


50 vues0 commentaire
bottom of page